Cahier des charges d’un mémoire ISCOMIEN

RAPPEL

L’élaboration de cette Recherche est le fruit d’un travail personnel et approfondi sur un sujet retenu par l’étudiant, ayant trait au secteur de la
communication, et approuvé par l’iscom et le tuteur officiel de l’étudiant.
Le choix du sujet doit être motivé par le projet professionnel de l’étudiant, par une curiosité particulière pour l’un des aspects de la
communication ou bien par un centre d’intérêt personnel.
La problématique mettra en perspective une question relative au secteur de la communication, observée sous un angle d’attaque original et
évaluée dans un contexte spécifique.
A partir des résultats d’une enquête terrain qu’il aura lui-même mise au point et effectuée, l’étudiant devra proposer des solutions stratégiques
et/ou des pistes de solutions projectives accompagnées d’un avis argumenté.
Cette recherche, reflet d’un travail personnel, engagé et engageant, sera pour l’étudiant un outil de différenciation à mettre en avant dans son
CV et dans ses entretiens professionnels ultérieurs.

CONTENU

Introduction
Elle pose la problématique clairement et précisément dans son contexte, énonce les objectifs et les limites du développement et
annonce le plan.
Analyse argumentée de la problématique
Ce développement permet notamment :
- d’évaluer la problématique dans la diversité et la complexité de ses composantes,
- de justifier une analyse et une prise de position personnelle fondées objectivement sur des avis de professionnels, des exemples
concrets et une bibliographie,
- de dégager un axe de solution stratégique et des perspectives d’évolution.
Conclusion
Elle fait la synthèse du mémoire et le bilan de sa réalisation dans la construction du projet professionnel.
Dans ce contexte, le mémoire ne saurait être une compilation de références, de citations, d’articles de presse, de
rapports ou la récupération – téléchargement – de pages Internet. Dans le cas de fraude ou de plagiat avérés,
l’équipe pédagogique réunie en conseil de discipline peut prononcer l’exclusion immédiate et définitive de
l’étudiant entraînant la non obtention du Titre, avec rupture de la convention de stage si un stage en entreprise est en cours.
Les décisions du conseil de discipline sont sans appel (cf. guide des études).
Les étudiants doivent annexer à leur mémoire le document ci-joint, dénommé « déclaration de confiance et de
non-plagiat », renseigné, daté et signé.
Il est impératif d’indiquer toutes les sources nécessaires à la compréhension du travail effectué :
- par les références en bas de pages, au cours du texte,
par une bibliographie,
- par les annexes.
LA GESTION DES SOURCES D’INFORMATION : LES REFERENCES EN BAS DE PAGES
Principe
Chaque fois que l’étudiant emprunte une phrase, un concept ou une idée à une autre personne ou à un ouvrage, il doit indiquer au
lecteur d’où vient cette phrase, ce concept ou cette idée. De la même façon, chaque fois qu’il utilise des données chiffrées, il doit en
indiquer la source. Ce principe d’honnêteté intellectuelle permet au lecteur de suivre le travail de recherche de l’étudiant.
Rappel : Une nouvelle fois, l’attention des étudiants est attirée sur le fait que le mémoire est un travail personnel et ne saurait être
une succession juxtaposée de références ou/et de citations (même si les références sont indiquées en bas de page).
ISCOM / Oct 2009 / JPM MEMOIRE DE FIN D’ÉTUDES – 2009-2010 2
Modalités
La référence se place en bas de page à l’aide d’un appel de note numéroté dans le cours du texte indiqué par un chiffre. Elle doit
mentionner:
Pour un livre
Nom de l’auteur en majuscules, Prénom, Titre de l’ouvrage (en italique), ville d’édition, date, éditeur, nombre de pages, page où a été
prise la référence.
- Exemple 1 : SICARD, Marie-Claude, Les ressorts cachés du désir : trois issues à la crise des marques, Paris, 2005, Village mondial,
291 pages.
- Exemple 2 : GESRSTLE, Jacques, La communication politique, Paris, 1993, P.U.F. 128 pages, coll. « Que sais-je ? »
Pour un mémoire
Même règle, seul le nom de l’éditeur est remplacé par le nom de l’université ou de l’établissement supérieur d’enseignement.
Pour un article de revue ou de presse : Nom de l’auteur en majuscule, prénom, « titre de l’article », in Nom de la revue ou Titre de
presse, numéro, date, page.
-Exemple : COHEN, Benjamin, « Lobbying, Le débat sur l’obésité n’en finit plus d’enfler », in Stratégies n°1373, 9 juin 2005, p.
14
Pour un rapport, une étude :
Nom de l’organisme, « Titre de l’étude », année, site (si la référence émane d’un site)
- Exemple 1 : alter ECO, « Etude mondiale sur le commerce équitable », mai 2001, http://www.altereco.com
- Exemple 2 : Rapport du Sénat « Une opportunité à exploiter : le tourisme vitivinicole », Table ronde n°3, in Colloque du SENAT
« Vin consommation, distribution : nouveaux enjeux, nouvelles opportunités », 28 octobre 2004, http://www.senat.fr/rap/r04-169/r04-
1695.html.
Pour les documents en annexe :
Cf. annexe n°, page, ….
- Exemple : Cf. annexe 2, page 10, interview de Nicolas GUIRAMAND, Directeur de l’expression de Marque, Orange.
Exemples tirés d’extraits de mémoires, avec renvois en bas de page
Une idée
Trois tendances de consommation prospèrent dans la société moderne : le plaisir d’origine sensorielle, l’égo-trip et l’écolo-trip (1)
Des données chiffrées
Exemple 1 :
Pour rester dans le monde du football, on peut citer sans peine David Beckham, qui a fait de la publicité un véritable business. Ses
revenus annuels ont été évalués à 27 millions d’euros, dont 20 millions provenant de contrats publicitaires (2)
Exemple 2 :
En cinq ans, le nombre de français qui estiment que l’alimentation influence l’état de santé est passé de 65% en 1996 à 80% en 2001
(3)
Une citation
Le consommateur voit monter en lui l’envie de devenir, grâce à ce produit, celui qu’il aimerait être,
c’est-à-dire la star. Comme l’explique Edgar Morin, « au mimétisme onirique total (rêve où l’on
s’identifie à la star) correspond alors un mimétisme onirique atrophié : on suit le régime
alimentaire et corporel de la star. On adopte alors ses fards et ses cosmétiques. On imite sa toilette,
ses manières, ses tics » (4)
-1 GUILLON, F, « L’agriculture biologique, un instant de l’histoire de la consommation ? », in La Tribune, 15 décembre 1998
-2 NIGET, F, « La « marque » David Beckham perd de sa vitalité en Asie », in Le Monde, 30 juillet 2005
-3 Enquête du CREDOC, « Les Français, la qualité de l’alimentation et l’information », mars 2001.
-4 MORIN, Edgard, Les stars, Paris, 1972, Seuil, 188 pages, p.89
ISCOM / Oct 2009 / JPM MEMOIRE DE FIN D’ÉTUDES – 2009-2010 3
Les citations (ou phrases) émanant d’un ouvrage ou d’un article doivent rester visibles et remarquables dans le corps du texte,
entre guillemets et de préférence en italique :
Exemple : « Notre code est fondé sur 5 valeurs fondamentales, qui couvrent, de notre point de vue, chaque aspect de nos prestations :
l’intégrité, le respect, l’équité, l’honnêteté, l’excellence professionnelle »(1)
Le renvoi en bas de page permet également de préciser le sens d’un sigle, d’un mot ou d’une expression spécifique à un secteur
d’activité.
Exemple : Streaming : écoute en ligne, sans téléchargement sur son ordinateur.
Un glossaire peut-être rédigé et placé avant la bibliographie.

LA BIBLIOGRAPHIE

Appliquer ces règles pour les références permet de constituer la bibliographie qui suivra les mêmes règles de présentation. La
bibliographie regroupe toutes les références de la recherche documentaire. Elle peut être classée par ordre alphabétique ou par
catégorie (ouvrages, articles, études, etc …). La bibliographie ne saurait être une simple liste de sites Internet. La bibliographie se
place après le glossaire- si celui-ci est nécessaire – et avant les annexes.
LES ANNEXES
Elles comprennent notamment et obligatoirement les sources de la recherche non accessibles au lecteur : les visuels,
tableaux, questionnaires d’enquête, interviews effectuées, articles en ligne qui ne sont plus accessibles, conférences, etc ….
Les annexes comportent un sommaire et doivent être paginées.

LA FORME

Le mémoire comprend 35 pages minimum à 50 pages maximum, annexes non comprises. Le format est de 21 x 29,7,
présentation à la française. La police utilisée est au choix: Arial, Frutiger 47 light, Futura, Times, Times new roman,
taille 12 avec interligne 1,5.
Le mémoire est obligatoirement relié par spirale ou contrecollé, paginé et mis en pages avec respect des marges (2,5)
nécessaires à la lecture.
La couverture doit faire apparaître : le logo de l’ISCOM, les nom et prénom de l’étudiant, sa section, le nom
du tuteur, l’année de promotion et le titre du sujet traité.
L’expression écrite et l’orthographe font partie intégrante de l’évaluation.
La Direction pédagogique se réserve le droit de renvoyer le mémoire à l’étudiant dès lors qu’elle
estimerait qu’il est irrecevable dans la forme (exemple : un mémoire qui ne remplit pas l’ensemble des
conditions explicitées dans ce cahier des charges ou qui, dès l’introduction, comporte plus de 5 fautes
d’orthographe ou de frappe).

RAPPELS

Dépôt du mémoire en un seul exemplaire (non récupérable) :
Avant le 10 mai 2010 avant 16 heures.
-Le non-rendu du mémoire entraîne la note zéro et est éliminatoire pour l’obtention du titre de fin
d’études.
-Tout retard dans la remise du mémoire entraîne une pénalité de 1 point par jour ouvré appliquée sur la note attribuée à
l’évaluation du travail (quel que soit le motif du retard).
-Au-delà d’un retard de 10 jours ouvrés, le travail est considéré comme non-rendu et sanctionné par la note
zéro, éliminatoire pour l’obtention du titre.
_______________________
1 UDA-AACC, Guide de la relation entre l’annonceur et l’agence-conseil en communication, septembre 2005, 82 pages, p. 57
ISCOM / Oct 2009 / JPM MEMOIRE DE FIN D’ÉTUDES – 2009-2010 4
LA SOUTENANCE
Exercice oral devant un jury, la soutenance permet de vérifier la maîtrise du sujet en apportant un complément d’informations
ou en développant un aspect particulier non abordé en profondeur dans le mémoire. Elle permet aussi une remise en
perspective du mémoire dans le cadre de la construction du projet professionnel de l’étudiant.
Le Directeur de mémoire, recherché par l’étudiant, participe à la soutenance de mémoire mais sans voix délibérative. Celui-ci ne
participe pas à la notation.
La soutenance ne saurait être la lecture à haute voix du mémoire. Elle s’organise autour d’un plan structuré
communiqué aux membres du jury en début de séance.
Elle peut être illustrée au moyen de slides, de supports audiovisuels et de toute documentation complémentaire : échantillons,
PLV, …
Le matériel audiovisuel nécessaire est prévu dans chaque salle de soutenance.
La durée de la soutenance est limitée à 45 minutes : 20 minutes d’exposé et 25 minutes d’échanges avec le jury.
Les soutenances se dérouleront en juin et juillet 2009, sur convocation.
Les étudiants en stage à l’étranger seront convoqués dans le courant de la première semaine du mois d’octobre 2009. Si ce n’est
déjà fait, ces étudiants doivent signaler à l’assistante du service pédagogique de leur classe, l’adresse à laquelle doit être
envoyée la convocation.
La non-soutenance du mémoire est éliminatoire pour l’obtention du titre.
L’EVALUATION
L’évaluation globale du travail de l’étudiant résulte de la note attribuée au mémoire et de celle de la soutenance orale

LE MÉMOIRE : 50 POINTS

LE FOND (25 points) LA FORME (25 points)
-Intérêt professionnel de la problématique -Professionnalisme de la présentation
(actualité, pertinence, justification) *créativité
-Cohérence avec le projet professionnel de l’étudiant *qualités rédactionnelles
-Intérêt personnel de la problématique *orthographe
-Qualité des sources et de la recherche *respect du cahier des charges
documentaire (esprit critique, honnêteté intellectuelle) -Qualité du plan (existence / pertinence, introduction
conclusion)
-Qualité de l’analyse et de la recommandation stratégique -Pertinence des annexes (exhaustivité, apports par rapport au
corps du mémoire)

LA SOUTENANCE : 50 POINTS

LE FOND (25 points) LA FORME (25 points)
-Apport de la soutenance par rapport au Mémoire écrit -Professionnalisme de la présentation
*aisance orale et relationnelle
*pertinence de l’utilisation de la PréAO
*créativité
-Maîtrise du sujet -Dynamisme, force de conviction, gestion de la contradiction
-Clarté de l’organisation
-Qualité et pertinence des arguments, ouverture d’esprit -Gestion du temps

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :